Cameroun: Le culte des crânes en pays bamiléké

D’origine Bamiléké, et plus précisément de Bangangté, dans la Région de l’ouest Cameroun, je me suis toujours intéressé au culte des crânes en pays bamiléké. Grâce à mes connaissances personnelles et aux éléments que j’ai pu recueillir auprès de mes parents (à qui je dédie le présent article), je m’en vais vous donner des éléments, accompagnés de quelques photos, sur cette formidable et mystérieuse coutume qui existe depuis fort longtemps.

crane

D’où provient le culte des crânes en pays bamiléké ?

Ce culte provient de nos ancêtres. Cela peut être considéré comme une forme d’archives afin de conserver les informations et de reconstituer l’arbre généalogique d’une famille.

Conserve-t-on le crâne de tout le monde ?

Normalement tous les crânes doivent être conservés, mais cela dépend aussi de la volonté de tout un chacun. Si un homme n’a pas eu d’enfant, son neveu ou ses frères de mêmes parents peuvent conserver son crâne.

C’est principalement les crânes des adultes qui sont conservés.

Après combien de temps doit-on enlever un crâne ?

Certains crânes demandent à être enlevés par le biais des voyants, c’est-à-dire qu’un voyant (encore appelé « Megni ») peut vous rencontrer dans la rue et vous dire qu’un crâne demande à être retiré de la tombe, d’autres sont enlevés par la famille après un certain temps qui dépend leur volonté.

Comment se fait le retrait du crâne dans la tombe du défunt ?

Les enfants eux-mêmes peuvent s’en charger mais on peut aussi faire appel à un voyant qui recherche le crâne dans le cas où certaines difficultés sont rencontrées, comme le refus par le défunt de voir un membre de la famille, indésirable par lui, assisté à ce rite.

Les intempéries peuvent faire en sorte qu’un crâne ne se retrouve pas exactement au lieu où le corps avait été enterré.

Il semblerait que certains crânes refusent de se faire enlever ou bien refusent la maison des crânes dans laquelle ils doivent être conservés.

Pourquoi leur donne-t-on à manger ?

Ce sont des sacrifices qui permettent de se rappeler d’eux et leur montrer qu’on ne les a pas oubliés. Avant de leur donner à manger dans la maison des crânes, on se présente, on leur parle. On peut éventuellement demander leur bénédiction et leur protection.

Je garde en mémoire une expérience que j’ai vécue dans le village de ma mère à Bangangté, à l’âge de 7 ans, alors que nous étions en vacances. La veille, nous avions donné de la nourriture aux crânes. Le lendemain, m’étant abrité devant la porte de la maison des crânes sous une forte pluie, j’ai entendu des bruits de mastication provenant de l’intérieur de cette case. Simple fruit de mon imagination ou pas, je me suis enfui en direction de l’endroit où se trouvaient ma mère et les autres membres de la famille, apeuré par ce que je venais d’entendre.

Il peut aussi arriver que l’échec de certains projets pour un membre de la famille soit attribué au mécontentement d’un ancêtre qui réclame à « manger ». Dans ce cas, cette personne se fait notifier par un voyant ou par un initié.

Est-ce que cette coutume est menacée ?

Oui parce que certaines familles ont oublié leur origine du fait de l’exode. La religion aussi est un frein. Heureusement qu’il reste quand même des familles qui pratiquent encore cette coutume.

Il faudrait juste qu’elle soit transmise aux générations actuelles et futures afin qu’elle perdure. Un peuple sans histoire est comme un monde sans âme.

Nous ne devons pas oublier que nos ancêtres ont toujours entretenu ce culte des crânes. C’est l’une des particularités du pays bamiléké de l’ouest Cameroun.

 

Voici quelques photos prises en avril 2014 à Nejàp par Bangangté, village de mon père.

devant maison cranes

adresse aux cranes

preparation coq sacrifié

culte des cranes

Envie de découvrir le Cameroun? Je vous invite à visiter « Le TDK 237 », Blog de promotion du tourisme au Cameroun.

The following two tabs change content below.
Thierry Didier KUICHEU
Jeune camerounais, vivant à Yaoundé au Cameroun. J'aime bien partager et découvrir. Je suis contractuel d'administration et cela me permet de voir certaines réalités de mon pays qui m'édifie et me donne envie de m'exprimer pour pouvoir faire bouger les choses. En tant que jeune, j'aime bien m'amuser aussi et sortir de temps en temps ou faire des petits voyages.

24 commentaires sur “Cameroun: Le culte des crânes en pays bamiléké

  1. Thierry j’apprécie ton article sur le culte des cranes car je pense moi aussi que connaitre ses origines est très important pour une personne qui sait où il va. on ne peut pas espérer allez loin quant on ignore ses origines. dans toute les religions y compris le culte des cranes on sait que pour prétendre à la grâce du DIEU créateur de l’univers il faut au préalable avoir la faveur des hommes y compris ceux de nos aïeux.
    j’ai une question:
    Pourquoi il y’a un rite chez les bamiléké appelé « creuser le TCHIP » qui consiste à un voyant d’aller dans une concession et de cibler un endroit où il creuse la terre. et fait emporter une partie de cette terre par chaque membre de la famille ?
    bonne recherche

  2. monsieur faites vous de l’anthropologie? si oui, vos propos sont superflus et pas vérifiés on n’enlève pas le crâne de tout adulte chez les Bangangte cherchez encore svp.

    1. Je ne suis pas anthropologue et encore moins un expert du culte des crânes. Je n’ai pas dit dans mon article qu’on enlève le crâne de tout adulte, il faut bien relire, en plus mon article est loin d’être parfait sur la culture du culte des crânes. Il s’agit des réponses aux questions que j’ai posées à mes parents, rien de plus.

  3. MM les religions on leur par de tradition moïse MM nous a appris la tradition ki est celui ke c’est Dieu le père ki le demandais de le fais les européens MM on leur par mais vous pourquoi vouler vous vous faire tromper par eux ceki veux donc dit ke jusqu’au jourdhui vous n’est pas encore sage

  4. Je ne rejeté pas les traditions elles font partis de nous. Mais y en a certaines qui ne vont pas avec la religion. Déterrer des crânes c est vraiment contre la volonté de Dieu.

    1. Qu est ce tu sais de la Volonte de Dieu? Parlez de votre volonte et non celle de dieu. Arretez un pe avec vos croyances extremistes a deux balles la. Toujours a utiliser le nom de Dieu a tord et a travers.

  5. A partir du moment qu’on se dit croyant ts ces rituels indigène doivent se stopper. Certes se sont des traditions mais cela va a l encontre de Dieu. Et pour simple rectification Mohammed PSL est un prophète il n est pas le Dieu des musulmans. Je suis choqué de lire que des gens considère ces pratiques comme une religion. Seul notre Seigneur le tout puissant tient notre vie et notre destin entre ses mains.

    1. Beau commentaire.
      Effectivement chacun peut avoir son point de vue sur ce sujet et ce rituel, libre à toi d’avoir le tien. Je le respecte mais je voudrais aussi te préciser qu’il faut savoir respecter la tradition. Même les occidentaux qui nous ont amené le christianisme ont leur tradition.

      1. la bible declare qu’apres la mort c’est le jugement. et un mort n’a pas de pouvoir de parler, de manger. Juste que nos grands parents pour longtemps ont vecu dans l’ignorance. Celui qui nous protege c’est Jesus-Christ. il est le chemin la verite et la vie nul ne vient au pere que par lui.

  6. très intéressant j’aimerai savoir a quel moment et comment ces ancêtres répondent aux doléances de ceux qui leur parlent.

    1. En fait, la réponse peut survenir à tout moment Savio. Il peut s’agir de la réalisation d’une action demandée ou tout simplement le succès dans la vie de tous les jours. Mais je tiens juste à préciser que cela relève de la croyance de tout un chacun à la réalisation des actions demandées aux ancêtres.

  7. bon travail, mais très superficiel. 1- vous parlé du culte des cranes chez les bamilékés mais vous parlez des Banganté. 2- les Bamilékés ne pratiquent pas le culte des cranes, mais il rendent un culte a dieu via les ancêtres a travers leurs cranes , en plus ils ne croient pas aux cranes

    1. Merci pour le compliment, cependant cet article est spécifique aux Bangangté car j’au pris des renseignements sur les Bangangté et je n’ai pas généralisé.
      Le culte des crânes chez les bamiléké peut avoir plusieurs connotations, pouvant certainement varier selon les tribus de l’ouest, je n’en ai pas fait une étude approfondie maus superficielle telle que présentée dans mon article.

  8. mais moi je préfère leur parler en restant dans ma chambre hein le père……..parceque même si c’est la coutume et que je dois honorer mes ancêtres,, faudra toujours placer en avant l’unique vrai Dieu qui est aussi le Dieu de mes ancêtres.

      1. il est preferable de respecter Dieu que de croire aux choses qui ne sont que des fictions. il est preferable d’adorer le createur que d’adorer la creature.

  9. Wowoh!! C’est super flippant cette tradition. Moi je veux savoir ceux que ces crânes ont déjà fait d’exceptionnel a un quelqu’un?
    A t-on besoin de tous ça pour être béni ?

  10. Bonjour ,

    excellent article , malheureusement cette religion qui est la notre est de plus en plus abandonné au profit des réligions d’etrangers .
    Les occidentaux ont un Dieu qui les ressemble (Jesus) , les arabes ont un Dieu qui les ressemble (Mahomet) , lindiens ont un Dieu qui les ressemble (Bougah) , de meme que les chinois , les idiens d’Ameriques…. Mais nous non .

    Notre culture doit être preservée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *