Je suis Fotokol, je suis Maroua, je suis le Cameroun

Après les attentats meurtriers qui ont frappé Fotokol, le 12 juillet 2015, et Maroua, le 22 juillet 2015, dans la région de l’extrême-nord du Cameroun, je suis plus que jamais camerounais.

 

Je suis Maroua

Je suis de tout cœur avec les familles des victimes de ces actes de barbarie et de lâcheté.

Je suis de tout cœur avec les populations des zones frappées par ces attentats qui créent un climat de psychose.

Je suis de tout cœur avec notre armée qui se bat chaque jour au front afin de nous protéger contre cette secte aux idéaux diaboliques.

Je suis de tout cœur avec mes compatriotes qui se mobilisent dans les zones touchées afin d’apporter leur soutien et leur aide aux blessés.

Je suis de tout cœur avec mes connaissances qui vivent dans la ville de Maroua et qui depuis le double attentat, vivent dans la peur.

Je suis de tout cœur avec le peuple camerounais qui comme un seul homme, s’unit pour faire face à Boko Haram. Ensemble, nous vaincrons l’ennemi et notre cher et beau pays retrouvera la paix.

Depuis les revers qu’essuie Boko Haram face aux forces armées camerounaises, les islamistes de cette secte ont opté pour des attaques sous forme d’attentats-suicides contre les populations civiles. Ces attaques ont ciblé la localité de Fotokol et la ville de Maroua, toutes deux situées dans l’extrême-nord Cameroun. Elles ont été perpétrées par des jeunes kamikazes munies de ceintures d’explosifs. Le double attentat de Maroua est celui qui fait le plus froid dans le dos, car c’est le premier dans une grande ville du Cameroun. Ils ont été commis au marché central de Maroua et une partie du quartier haoussa.

Un ami que j’ai pu joindre au téléphone juste quelques heures après les attentats, m’a fait savoir qu’une des zones touchées, en l’occurrence le quartier haoussa, se trouve pas très loin de son lieu de résidence. Il a pu entendre le bruit de l’explosion qui ressemblait à un éclatement de pneu de véhicule. Le bilan de ce double attentat est de 13 morts et 32 blessés.

Actuellement, la ville a retrouvé son calme, mais la vigilance est présente partout

 

The following two tabs change content below.
Thierry Didier KUICHEU
Jeune camerounais, vivant à Yaoundé au Cameroun. J'aime bien partager et découvrir. Je suis contractuel d'administration et cela me permet de voir certaines réalités de mon pays qui m'édifie et me donne envie de m'exprimer pour pouvoir faire bouger les choses. En tant que jeune, j'aime bien m'amuser aussi et sortir de temps en temps ou faire des petits voyages.

5 commentaires sur “Je suis Fotokol, je suis Maroua, je suis le Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *