Au Cameroun, quand on veut manger, on mange

Quand les camerounais veulent manger, ils mangent. Je vous assure, les gars ne blaguent pas avec la nourriture, moi même j’en fais partie. D’ailleurs, sur la photo ci-dessous, il s’agit d’un plat que j’ai mangé il y a quelques semaines. J’en ai encore la salive dans la bouche.

Un plat de poisson braisé avec les bâtons de manioc

Lorsqu’un camerounais mange, il a l’appétit, même si tu es anorexique, le simple fait de le voir manger va te donner envie de faire comme lui. Avec une multitude de plats dans l’annuaire de la cuisine camerounaise, les choix sont variés, ainsi tout le monde peut trouver son compte. Si tu n’aimes pas le taro de l’ouest, tu peux manger le eru de Bamenda, le ndolè des douala, l’okok des béti, ou encore le couscous du nord cameroun. Si tu veux manger, tu vas bien manger comme les camerounais.

Les camerounais ne regardent pas l’endroit où ils mangent hein. Moi même je suis un bon exemple, la bonne charité commence par soi même. Quand l’heure de la pause arrive, je me dirige souvent pas loin de mon lieu de service, chez Ma’a Antoi, une maman bamiléké qui vend ses repas en plein air. Elle arrive généralement vers 12h45 (je maîtrise bien son emploi de temps). Le mardi par exemple, le plat principal qu’elle nous concocte ce sont les pommes pilées avec le haricot. Je ne vous dis pas, si tu arrives vers 13h30, Ma’a Antoi a déjà tout vendu, pourtant elle vient avec un seau de 25 litres rempli. Le plat coûte 500 FCFA. Les gars mangent ses pommes jusqu’à ils prennent même encore des plats à emporter, il faut bien assurer le repas du soir aussi.

Il y a des gars, quand ils mangent, c’est pour charger les batteries avant de s’attaquer à la bière. Ils mangent bien, après c’est parti pour les tournées et les tournées de bières. Pour bien boire, il faut bien manger. Les camerounais mangent et boivent. Les petits restaurants d’ailleurs savent que pour bien vendre la nourriture, il faut avoir la boisson à côté. D’autres usent même de stratagème en ajoutant le piment dans la sauce afin d’amener les clients à consommer une bière bien glacée (avec la « sueur » sur la bouteille).

Ne teste pas alors les camerounaises, depuis là je parle seulement des camerounais. Les go mangent aussi jusqu’à tu te demandes si c’est le mauvais coeur. J’ai invité une fille une fois dans un restaurant sénégalais pour manger le beefsteak. Au départ, elle me dit qu’elle n’a pas très faim. Mon frère, la fille a d’abord pris un bol de kossam (Yaourt fait maison) qu’elle a fini, puis son plat est arrivé, elle a fini, elle a même commencé à faire le « ndok » (manger) sur mon plat. J’ai confirmé le code. Ce ne sont pas toutes les filles qui mangent hein, mais quand les camerounaises veulent manger, elles sont comme les camerounais, elles mangent.

 

The following two tabs change content below.
Thierry Didier KUICHEU
Jeune camerounais, vivant à Yaoundé au Cameroun. J'aime bien partager et découvrir. Je suis contractuel d'administration et cela me permet de voir certaines réalités de mon pays qui m'édifie et me donne envie de m'exprimer pour pouvoir faire bouger les choses. En tant que jeune, j'aime bien m'amuser aussi et sortir de temps en temps ou faire des petits voyages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *