Samuel LONE

Portrait d’entrepreneur en Afrique: Entretien avec Samuel LONE du Tchad

Samuel LONE, aussi connu sous le nom de Sam le Tchadien à la session 7 du YALI Dakar est quelqu’un de très sympathique. Il a su se démarquer à travers son comportement exemplaire. Je l’ai pris pour un ivoirien pendant une bonne partie de la formation (rires) avant de comprendre par la suite qu’il est tchadien. Il a choisi de nous parler de lui, de son projet et de ses ambitions.

Qui est Samuel LONE ?

Salut à tous les lecteurs et lectrices de Mondoblog. Merci pour l’opportunité que vous m’accordez pour m’exprimer à travers vos lignes. Je profite aussi de l’occasion, avant tout propos, pour présenter les vœux les meilleurs à tous ces anges, ces personnes formidables que j’ai croisées à la 7eme session de YALI-Dakar. Que l’année 2018 soit l’accomplissement de nos différents projets. Mes meilleurs vœux aussi à tout le personnel du CRL-Dakar, Synapse et WARC qui facilitent les formations des Alumnis. Je ne saurai oublier le B.E.2 de la session 7, ce merveilleux village qui avait fait de nous, Ruth Wong et moi leurs chefs et dont les villageois sont « des rayons de soleil » dans ma vie.
Revenant à la question, à l’État civil, mon nom est Djerabé Loné Samuel dit « Sam Le Tchadien ». Je suis Tchadien de nationalité, résident en Cote d’Ivoire (Abidjan). Président de l’Union Générale des Élèves, Etudiants et Stagiaires Tchadiens en Cote d’Ivoire (UGEEST-CI). Juriste-Economiste, je suis le Manager Général du Cabinet de conseil en organisation et Management d’Entreprise dénommé INDEX-AFRIQUE (Initiative pour le Développement et l’Excellence en Afrique). Samuel LONE est également bénéficiaire du Programme YALI (Young African Leaders Initiative) session 7 en Business and  Entrepreneurship.

Qu’as-tu appris de nouveau sur toi grâce à la formation du YALI ?

Le YALI a été pour moi la concrétisation d’un rêve. J’avais déjà les aptitudes managériales mais il me fallait les polir et le YALI m’a donné cette opportunité de le faire. L’élément majeur qui m’a marqué au YALI c’est la gestion d’équipe. La méthode mise en place par le personnel pour assurer à merveille notre séjour de cinq (5) semaines à Dakar est la meilleure que l’on puisse copier. J’ai appris à déceler mes faiblesses, à les identifier de manière claire et à adopter des stratégies pour m’améliorer. Du point de vu de mon développement personnel, j’ai renforcé ma capacité en gestion de stress, gestion de critiques. J’ai appris à écouter plus car c’est l’une de qualité d’un manager. L’écoute est l’élément majeur qui permet à chaque homme de se sentir respecté.
Le jour où je m’envolais pour Dakar, dans l’avion, plusieurs questions relatives à ma vie me trottinaient dans la tête. Il m’a fallut arriver à la fin de mon séjour Dakarois pour avoir des réponses claires à la quasi-totalité de ces interrogations (permettez que je ne vous le dise pas. Désolé pour nos lectrices et lecteurs qui aimeraient en savoir d’avantage). Aujourd’hui, je me sens bonifié grâce au YALI et mes limites, je les ai poussées encore plus loin. Merci à chaque bénéficiaire de la session 7 qui a contribué à cette amélioration positive dans ma vie. Et surtout à mon co-chambrier Serges du Bénin, de qui silencieusement j’ai appris beaucoup de choses dans son comportement et sa manière d’être. (salut à toi frangin).

En quoi consiste ton projet ?

Mon projet est un rêve de plusieurs années. C’est la création d’un cabinet de Conseil en organisation et Management d’Entreprise dénommé INDEX-AFRIQUE que j’ai mentionné un peu plus haut. Le cabinet est spécialisé dans le domaine d’expertise Marketing et vente, Finance et Gestion, Montage et gestion de projets, coaching. Nous évoluons dans trois grands secteurs: Public et culturel, Education, Transport et service. L’objectif du cabinet Index est d’accompagner toutes les Petites et Moyennes Entreprises, les Petites et Moyennes Industries, les Groupements d’Intérêt Economique et les ONG. Sans oublier les jeunes entrepreneurs dans le développement de leur business car le monde des affaires est très complexe et a besoin de conseil, d’orientation des experts dans des domaines bien spécifiques.

En tant que jeune leader africain, quel changement Samuel LONE voudrait apporter à l’Afrique?

En novembre 2017 s’est tenu à Abidjan le sommet Europe-Afrique pour parler des questions de la jeunesse Africaine. Pensez-vous que 24 heures de sommet de haut niveau peut résoudre le problème actuel que nous vivons dans notre cher continent? Je ne parle pas en terme de changement, car il n’y a rien à échanger. Je parle plutôt en terme d’amélioration. Regardez aujourd’hui partout en Afrique, on dit que nous sommes le continent de l’avenir, de quel avenir parle-t-on si nos gouvernants n’ont que leur propre définition du mot « Avenir » ? Ils ne font que nous endetter chaque jour au nom d’un quelconque partenariat qui ne profite à personne. Ils nous présentent des chiffres de croissance économique qui n’ont rien à voir avec la vie quotidienne des peuples. On a trop organisé des conférences pour parler et tergiverser sur la question du soit disant changement de l’Afrique.
Il est temps que nous jeunes voyons les choses autrement. Regardez comment le Rwanda, qui aujourd’hui est cité comme exemple de développement, travaille pour le bien-être de sa population. Nous devons créer et innover. Le monde bouge, des jeunes d’autres continents ne dorment pas, ils rêvent, ils créent. Hier, le monde était gouverné par des blocs, des puissances. Aujourd’hui, c’est les individus qui imposent leurs règles du jeu dans le processus de développement. Que nous jeunes Africains, nous soyons des rebelles intellectuelles, des « créateurs » pour améliorer notre condition en Afrique. L’Europe ne pourra rien faire pour nous si ce n’est nous berner par des discours rêveurs et ils savent bien le faire. Changeons nos passions, changeons nos passe temps qui tournent autour des choses sans valeur. C’est ainsi que, nous les jeunes, nous pourrons améliorer les choses si non rien ne nous viendra d’ailleurs.

Quelles sont tes ambitions pour le futur?

Mon ambition pour le futur c’est de voir le cabinet INDEX-AFRIQUE se hisser sur le plan Africain et mondial en postulant aux importants appels d’offre. Pour y arriver, chaque jour que Dieu fait, nous travaillons à cela. Nous sommes encore un très jeune cabinet qui évolue avec beaucoup de lacunes. Mais grâce au savoir faire et surtout au professionnalisme du personnel, nous avançons selon notre rythme.

Parle nous du pays de Samuel LONE

Le Tchad, ce beau pays que j’adore (je le porte fièrement en me faisant appellé « Sam Le Tchadien ». Rires) est un pays enclavé d’Afrique centrale en forme de bassin. Il mesure 1 284 000 km2 et compte environ 12 millions d’habitants. On n’a pas de mer mais on a le Lac Tchad que tout le monde connait et qui malheureusement subi de pleine force les effets du changement climatique. Nous sommes le 5eme pays le plus grand d’Afrique en terme de superficie. 15eme puissance militaire en Afrique après la Zambie et le Zimbabwe.
Notre économie est basée sur l’agriculture et l’élevage. Depuis les années 2000, nous sommes pays exportateur de pétrole. Nous possédons plusieurs sites touristiques du Nord au Sud, de l’est à l’ouest. Un très beau paysage à admirer. Nos deux langues officielles sont le Français et l’arabe. C’est un Pays laïc où vivent en parfaite harmonie chrétiens, musulmans, animiste et athée. Les couleurs de notre drapeau sont le Bleu-Jaune-Rouge, notre devise est Unité-Travail-Progrès, notre hymne nationale est ‘La Tchadienne ».
Le Tchad est membre de l’Union africaine et nous assurons depuis janvier 2017 la Présidence de la Commission de l’Union Africaine en la personne de son Excellence Moussa Faki Mahamat. Nous appartenons à la sous région de la Communauté Économique de l’Afrique Centrale et partageons le Franc CFA Afrique centrale avec les autres membres. La Capitale du Tchad est Ndjaména en arabe Tchadien qui veut dire:  » Nous nous sommes reposés » en réponse à la fin de la colonisation française. Devenu République du Tchad le 28 Novembre 1958, le Tchad a eu son indépendance le 11 Août 1960. Il est dirigé depuis le 1er Décembre 1990 par son Excellence Idriss Deby Itno.

Partage avec nous ce que tu voudrais que les lecteurs retiennent de Samuel LONE

Je tiens à réitérer mes remerciements pour ce temps qui m’a été accordé pour l’interview. Merci surtout à mes parents, mes frères et sœurs (j’en ai 8 et ils sont très formidables) qui me soutiennent jour et nuit dans la prière. A tous ces ami(e)s que je ne peux tous citer ici qui m’encouragent chaque jour à faire plus. Je voudrais de manière spéciale saluer mon frère Mamedi Soboa Thera du Mali précisément à Bamako. C’est un grand ami à qui j’ai toujours dis « tu dois aller à YALI ». Il y a cru et il y était avec la promotion de la session 8 juste après nous. Je voudrais aussi dire un mot à une personne qui m’est personnellement importante, Ida Mobeang, tu es la meilleure, merci pour tout.
Merci à tous ces braves Élèves, Etudiants et Stagiaires Tchadiens en Cote d’Ivoire qui sont des personnes formidables. Loin des parents, ces jeunes hommes et filles ne se font pas prier pour prendre conscience du défi à relever qui s’offre à nous chaque jour. Bravant des difficultés administratives locales et sociales, ils restent soudés. Voilà une génération qui sait où elle va sans se soucier d’où elle vient.
Ce qu’on doit retenir c’est que, pour paraphraser Mandela Nelson, ce grand homme, leader que l’Afrique a connu: Tant que nous pouvons rêver, rêvons grand, soyons ambitieux, ne nous mettons pas des limites inutiles. Tout n’est pas rose mais tout ne viendra jamais à nous comme sur des roulettes. Semons ce que nous voudrons récolter demain car la vie est une loi de semence et de récolte. C’est naturel, on y peut rien. On a le droit de rêver et faisons de nos rêves une réalité.
Bonne et heureuse année 2018.
The following two tabs change content below.
Thierry Didier KUICHEU
Jeune camerounais, vivant à Yaoundé au Cameroun. J'aime bien partager et découvrir. Je suis contractuel d'administration et cela me permet de voir certaines réalités de mon pays qui m'édifie et me donne envie de m'exprimer pour pouvoir faire bouger les choses. En tant que jeune, j'aime bien m'amuser aussi et sortir de temps en temps ou faire des petits voyages.

3 commentaires sur “Portrait d’entrepreneur en Afrique: Entretien avec Samuel LONE du Tchad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *