LGBT : ce que je ne savais pas et ce que j’ai retenu 5


LGBT. Au départ, moi-même je ne savais pas ce que voulait dire ce sigle. Il s’agit tout simplement de Lesbienne Gay Bisexuel Transexuel. Comment je l’ai su ? En cherchant à m’informer là-dessus. C’est ainsi que j’ai été édifié lors d’une rencontre à laquelle j’ai assisté. Voici ce que j’ai pu retenir.

Connaître d’abord des notions sur la question du genre

Le genre est une catégorisation sociale permettant de classer les individus en masculin ou féminin. L’identité de genre, c’est le sexe à partir duquel un individu se présente et est reconnu par les autres, en vertu des rôles en vigueur dans son espace culturel.

Après cela donc, on parle d’orientation sexuelle, la préférence affective et sexuelle ou désir affectif et sexuel dirigé vers un sexe ou un autre. C’est à ce niveau que les LGBT ont des spécificités, homosexualité et bisexualité.

Quelques notions sur la sexualité

Je ne suis pas un « Docteur Love » hein, je dis seulement ce que j’ai retenu.

La sexualité humaine a 3 éléments selon Sigmund Freud : la source, l’objet et le but.

  • Source pulsionnelle : Le lieu d’origine de la pulsion
  • Objet pulsionnel : La source de désir (cela va du sein de la mère à la mère, puis de la mère au père et enfin du père vers l’extérieur)
  • But pulsionnel : La satisfaction du désir

Le développement sexuel se produit à travers le passage de l’énergie pulsionnelle d’une zone érogène à l’autre. Voici comment cela peut être représenté :

  • Stade oral, de 0 à 1 an au niveau de la bouche
  • Stade anal, de 1 à 3 ans au niveau de l’anus
  • Stage phallique, de 3-5 ans à 7 ans au niveau de l’urètre puis de la zone génitale
  • Période de latence, de 5-7 ans à 11 ans par l’apprentissage scolaire
  • Stade génital, de 11-12 ans et plus, c’est le début de la sexualité de type adulte aboutissant à un choix d’objet homo ou hétérosexuel.

Possible origine de l’orientation sexuelle des LGBT

Selon la théorie de l’attachement, c’est l’insatisfaction du garçon vis-à-vis du père frustrateur qui creuse en lui le manque. Ce besoin d’amour non comblé dans l’enfance va s’érotiser à l’âge adulte et devenir désir vis-à-vis du même sexe. D’où la construction d’une identité homosexuelle, cette identité encore latente va s’accompagner d’une identité transgenre. Le père est le principal renforçateur de l’autorité parentale.

Voici des exemples: Une mère qui inconsciemment fait faire des « choses de fille » à son petit garçon, comme l’aider à détacher ses tresses, l’aider à se maquiller, le laisser jouer avec des poupées féminines. Il y en a même, à cause d’une rupture avec le père de l’enfant, elle décrit une image négative du papa et des hommes à son fils. Le petit garçon grandit avec cette idée, passe toute son enfance avec sa mère, se retrouve très proche d’elle. Il n’affirme pas sa masculinité pendant son évolution sexuelle. Il recherchera cette affection masculine auprès des personnes de même sexe que lui en grandissant.

 

Après avoir donc appris tout cela, j’ai compris que les LGBT sont des personnes ayant une orientation sexuelle qui peut trouver son origine dans plusieurs facteurs qu’ils n’ont pas choisis. Les LGBT ont une vie normale, comme tout le monde. Néanmoins ils font face à des violences et des abus à cause de leur orientation sexuelle.

Au Cameroun, j’ai appris que certains LGBT sont souvent victimes de plusieurs atteintes à leurs droits : droit à l’éducation, droit à la santé. Il y en a qui se font refouler dans les hôpitaux et ne sont pas soigner. D’autres se font chasser et rejeter par leurs familles. D’autres encore se font insulter et violenter dans la rue. Ce n’est pas normal d’en arriver là.

Les LGBT n’ont pas forcément choisi de l’être, voilà ce que moi j’ai retenu. En comprenant la genèse de l’orientation sexuelle de tout un chacun, on peut se faire une idée et avoir un regard différent.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “LGBT : ce que je ne savais pas et ce que j’ai retenu