Portrait d’entrepreneur numérique en Afrique : Entretien avec Melchior DEGNON YANCLO du Bénin

Mon « petit frère » du YALI, c’est comme cela que je le considère. J’ai fait la connaissance de ce jeune leader africain ambitieux et originaire du Bénin à Dakar, lors de ma formation du Yali. Il est plein d’énergie et parfois très réservé. Il vaut mieux le connaître avant de le juger, j’ai appris à le connaître et on a partagé ensemble des moments forts et inoubliables.

 

Qui est Melchior DEGNON YANCLO ?

Né en 1994, jeune béninois originaire de Porto Novo et résidant à Parakou (ville du nord du Bénin), je suis économiste de formation. Esprit studieux pour certains, je commence dès mon plus jeune âge à m’investir et intégrer des structures associatives, à pratiquer des sports collectifs, et à travailler en équipe pour réaliser des projets, apprendre à vivre en communauté et collaborer.

Ma facilité d’expression, mon sens de la recherche, de l’investigation (tout en étant intuitif) et surtout cette naturelle que j’ai, m’ont permis de collaborer avec certains chercheurs sur leurs études, de participer à différents foras et conférences. La dernière opportunité en date est le CRL Yali Dakar (session 7) où plus de 200 jeunes leaders Africains se sont rassemblés.

Je m’intéresse à des domaines variés (les TIC en tête de liste), j’aime le changement et les voyages. Études – recherche – perfectionnisme – raison – sagesse – introspection – remises en question – isolement sont les quelques mots qui me caractérisent. Je suis à la recherche de l’érudition, de la connaissance universelle… pour mieux la faire partager ensuite (mon côté social média).

 

En quoi consiste ton projet d’entrepreneur ?

En tant que jeune entrepreneur africain, mon projet est de créer un « tech hub« , une communauté numérique à Parakou, ville ne bénéficiant pas encore d’une telle structure abritant en son sein un espace de coworking, un fablab et un incubateur d’entreprise. Cet espace accueillera des travailleurs indépendants, télétravailleurs, étudiants, créateurs d’entreprise cherchant une offre d’espace de travail souple, ouverte, agréable, professionnelle et conviviale.

 

Qu’as-tu appris de nouveau sur toi grâce à la formation du YALI ?

J’en ai appris beaucoup sur moi pendant ces cinq semaines. De la compréhension des émotions en passant par la gestion de celles-ci, j’ai découvert comment gérer les conflits et critiques de manière constructive. Dans la vie on essaye, on tombe, on se relève et on recommence. Il faut croire en ses compétences et capacités car « on est le seul à pouvoir incarner le changement que l’on souhaite voir « .

 

En tant que jeune leader et entrepreneur africain, quel changement voudrais-tu apporter à l’Afrique ?

À travers l’association Young And Development dont je suis membre fondateur, je voudrais que la majorité des jeunes africains puissent être éduquer aux notions de leadership, de développement personnel, de développement communautaire, d’entrepreneuriat et de civisme. Cela permettra de stimuler plus rapidement leur créativité et leur sens de l’innovation.

 

Parle nous en quelques lignes de ton pays

Aux origines, la terre de l’actuel Bénin était occupée par plusieurs royaumes. Les plus en vue s’appelaient Danhomé (Abomey), Xogbonou (Porto-Novo), Allada, Nikki, Ketou, Kandi … Il est essentiellement connu dans le monde pour être le berceau du vodoun. Le premier pays à avoir instituer la conférence des forces vives de la nation en Afrique, ses amazones et le roi Behanzin. Avec plusieurs ethnies et un fort taux de laïcité, le Bénin est cité comme une référence en matière de stabilité et de paix. Ce qui est cage d’un développement économique durable et certain.

 

Quelles sont tes ambitions pour le futur ?

Mes ambitions actuelles sont principalement tournées vers l’éducation des jeunes du septentrion du Bénin à l’utilisation des technologies, à la diffusion de l’esprit de créativité et de l’innovation. L’organisation d’événements (conférences, ateliers…) pour développer une synergie entre une communauté d’acteurs issus d’horizons variés (entreprises, collectivités, associations, étudiants, particuliers…) et la structuration d’un écosystème permettant des rencontres et des échanges, source d’innovation, entre des utilisateurs différents comme des étudiants, des entreprises, des universitaires, des particuliers.

Mon rêve pour le Bénin de manière particulière et pour l’Afrique de manière générale, est qu’ils deviennent une plateforme vivante d’idées novatrices à réaliser pour le bien-être de tous (que ce soit sur le plan de la santé, de l’éducation, du divertissement et dans tous les autres secteurs d’activités).

 

Partage avec nous ce que tu voudrais que les lecteurs retiennent du jeune entrepreneur africain que tu es

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. L’Afrique a besoin des initiatives de ses filles et fils pour démarrer son envol. Nous sommes le futur.

 

 

The following two tabs change content below.
Thierry Didier KUICHEU
Jeune camerounais, vivant à Yaoundé au Cameroun. J'aime bien partager et découvrir. Je suis contractuel d'administration et cela me permet de voir certaines réalités de mon pays qui m'édifie et me donne envie de m'exprimer pour pouvoir faire bouger les choses. En tant que jeune, j'aime bien m'amuser aussi et sortir de temps en temps ou faire des petits voyages.

7 commentaires sur “Portrait d’entrepreneur numérique en Afrique : Entretien avec Melchior DEGNON YANCLO du Bénin

  1. Jeune,ambitieux,calme,respectueux et surtout entrepreneurial telles sont les qualités que je confère à mon cher Melchior avec qui j,ai eu l’honneur de partager le même village lors de la session 7. Sur ce je te souhaite bon vent et bonne continuation. Que Dieu assiste,guide tes pas et réalise tous tes projet. Tu es le future….. Nous sommes le future!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *